Accueil / Nouveautés / Les déclinaisons des verbes comoriens

Les déclinaisons des verbes comoriens

15.50

SAID Soilihi a publié aux éditions Kalamu des îles, Pratique de la conjugaison du comorien, le premier manuel (2007) de conjugaison des verbes en shikomori. Il est également auteur de plusieurs œuvres de grammaires et de langue shikomori, aussi de plusieurs pièces de théâtre écrites en français et en shikomori. Il était un fervent défenseur d’une langue comorienne qu’il pense capable de devenir un outil de développement pour les Comores, a mené durant sa vie, diverses recherches et travaux, dans l’étude du shingazidja. Il nous a quittés le 26 avril 2017. Que la paix éternelle soit sur lui.

Format : Broché
Nb de pages : 138 pages
Poids : 142 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution : 10/05/2018
ISBN : 978-2-916904-10-8
EAN : 9782916904108

Catégories : ,

Description

Ce manuel présente l’étude de la dérivation verbale, une partie grammaticale qui n’est pas toujours évidente pour obtenir une équivalence en français. La dérivation verbale met en relief les principaux procédés linguistiques sur la formation du verbe sous diverses formes par l’ajout d’un prefixe, sufixe ou infixe.
Le manuel présente une première partie théorique sur la dérivation verbale du shingazidja. Une deuxième partie, sous forme de dictionnaire, présente un répertoire lexical des verbes ainsi formés à partir d’un verbe source.
La modification interne de la structure du verbe en passant d’une forme à une autre reste la problématique du shingazidja. Les Francophones soif de connaître cette langue ont tendance à recouvrir à une équivalence en français ce qui n’est pas toujours évidente; ils se trouvent rapidement déçus car, des fois cette équivalence qui n’existe pas reste à inventer.

SAÏD Soilihi a publié aux éditions Kalamu des îles, Pratique de la conjugaison du comorien, le premier manuel (2007) de conjugaison des verbes en shikomori. Il est également auteur de plusieurs œuvres de grammaires et de langue shikomori, aussi de plusieurs pièces de théâtre écrites en français et en shikomori. Il était un fervent défenseur d’une langue comorienne qu’il pense capable de devenir un outil de développement pour les Comores, a mené durant sa vie, diverses recherches et travaux, dans l’étude du shingazidja. Il nous a quittés le 26 avril 2017. Que la paix éternelle soit sur lui.