Accueil / Nouveautés / La femme litigieuse d’Azhar de Youssouf

La femme litigieuse d’Azhar de Youssouf

12.00

Singani et Bangoi sont nés des cendres de l’éruption volcanique qui a détruit le village de Ndrubini au sud de Ngazidja au XVᵉ siècle. La pêche, une des activités principales des deux localités a réussi à fédérer les populations autour des idéaux de solidarité et un peu plus tard, les mariages vont se nouer pour renforcer les liens de bon voisinage.

Format : Broché
Nb de pages : 84 pages
Poids : 120 g
Dimensions : 19 cm X 13 cm
Date de parution : 20/04/2023
ISBN : 978-2-916904-41-2
EAN : 9782916904412

Catégories : ,

Description

Singani et Bangwa sont nés des cendres de l’éruption volcanique qui a détruit le village de Ndrubini au sud de Ngazidja au XVe siècle. La pêche, une des activités principales des deux localités a réussi à fédérer les popu[1]lations autour des idéaux de solidarité et un peu plus tard, les mariages vont se nouer pour renforcer les liens de bon voisinage. Mbelizi, un des pêcheurs les plus habiles de Singani, rencontra à Bangwa une femme d’une beauté singulière et éblouissante à qui il a promis d’être son époux. Pour des raisons familiales qui le retiennent à Singani, il décida d’envoyer son frère Nohowa, un tailleur talentueux, le représenter et par procuration, sceller ces épousailles. Sans attendre, il se rendit à Bangwa honorer la promesse de son grand frère. Mbelizi lui avait remis alors la dot et la bague de mariage pour les circonstances d’usage. La première entrevue entre Nohowa et Rehema fut 60 riche en émotion. Un tête-à-tête prometteur qui apporta, dès ses premières minutes, une délicatesse et un goût de miel enchanteur. Nohowa sut, avec l’élégance de son propos, être en même temps convaincant et stimulant. Le courant passe très rapidement entre les deux interlo[1]cuteurs. Les deux jours de Nohowa à Bangwa furent pro[1]metteurs. Tout paraissait aller en sa faveur. Leur causerie, ô combien capitale, a renforcé leur relation. Rehema ne pouvait plus se passer de Nohowa, le frère de son fiancé Mbelizi. Nohowa emprunta une machine à coudre et installa son atelier dans le local de la fiancée de son frère. Très vite, tout Bangwa découvre le nouveau talent, made in Comoros  : “habillez-vous chez Nohowa, tous styles confondus” indique son enseigne devenu, au bout de quelques jours, la marque déposée préférée des sapeurs de la place. Nohowa réussira à se faire un nom et à riva[1]liser avec les tailleurs du village.