Soulaïmane Soudjay

Spread the love

Pourvu d’une solide formation et d’une longue expérience diversifiée en France et aux Comores, en 1994, il obtient son doctorat en droit avec mention très honorable sur la FAO (l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture). L’année suivant son sacre, il s’envole pour les Comores où il est nommé Directeur de cabinet du président de l’Assemblée fédérale de la RFI des Comores. Pendant une année, il occupera des responsabilités d’expertise juridique et de gestion de crises, etc.

De retour à Paris à la fin de l’année 1996, il devient analyste juridique et économique des pays en développement, en particulier africains, pour l’hebdomadaire « Marchés tropicaux et méditerranéens ». Poste qu’il occupera jusqu’en 2000. Cette année-là, il sera observateur électoral pour l’Union européenne et les Nations Unies avant d’occuper, un an plus tard, le poste de Directeur juridique en charge de l’état civil, des élections et des affaires générales dans une collectivité territoriale en région parisienne, pendant six ans, avec des responsabilités de gestion, de contentieux, de rédaction de mémoires, et plus.

C’est en 2017 qu’il décide de rentrer servir son pays. Il y prêta serment et devint avocat à la cour, au barreau de Moroni. Quelques mois plus tard, le président Azali le choisit pour une mission privée en le nommant responsable auprès du groupe Armada chargé de la construction d’un complexe hôtelier aux Comores. Une mission qui ne l’éloigne pas de ses projets personnels, dont l’ouverture de son cabinet d’avocat. Il est expert en RGPD (Règlement général de la protection des données) ; il mène des expertises dans le droit des affaires, le droit du sport, le droit du cyberespace (protection des données personnelles et lutte contre la cybercriminalité), le droit international, le droit public et le droit privé.

Il a été également vice-président du Comité de normalisation de la Fédération de Football des Comores (FFC), où il a contribué à la rédaction de nouveaux textes et à l’organisation des élections générales.

De février à juin 2017, ilse rendra régulièrement à Mayotte où il enseignerale droit au Centre National de Formation de la Fonction publique territoriale.

Aux origines de la question du genre aux Comores
Par Soulaïmane Soudjay

Les enquêtes ou études internationales placent régulièrement les Comores en tête des pays où la femme occupe une place de choix au sein de la Ligue des états Arabes ou de l’Union africaine.
C’est également un état musulman où les femmes sont prioritaires dans l’héritage des biens fonciers, notamment et où les hommes ne bronchent pas.
Au-delà de ces faits qu’en est-il exactement ? Comment appréhender les conditions de la femme aux Comores ?
Pour y parvenir, c’est aux origines même de la question du genre aux Comores que l’auteur Soulaimane SOUDJAY nous amène pour mieux cerner et comprendre le statut de la femme dans la société comorienne, ses spécificités et son originalité qui méritent incontestablement l’attention de tout un chacun qui s’intéresse à la question du genre dans le monde.

Famine, malnutrition, aide humanitaire, développement rural, derrière tous ces mots il y a un dénominateur commun : la F.A.O Sa mission : améliorer quantitativement et qualitativement l’alimentation et l’agriculture mondiale. Pourtant nul ne peut nier que la malnutrition, la faim, la famine n’ont pas été éradiquées. Est-ce à dire que la F.A.O. a échoué ? L’auteur nous démontre qu’en réalité les choses sont beaucoup plus complexes que ne le laissent croire les apparences et nous apporte un éclairage nouveau à travers la F.A.O.